Microphone : comment ça marche et quels sont les principaux types de micros ? guide complet 2020

Microphone : comment ça marche et quels sont les principaux types de micros ? guide complet 2020

28 janvier 2020 0 Par Hélène Tierse

On sait tous qu’est-ce que c’est un microphone et à quoi il sert, c’est un objet omniprésent dans la vie d’un musicien, en direct et dans le studio d’enregistrement. Les microphones, nous les trouvons souvent devant nous ou les voyons sur les scènes de spectacle. Aujourd’hui, on va voir ensemble comment il fonctionne.

Choisir le bon microphone est une tâche importante. Dans cet article, nous analysons brièvement les types de microphone les plus utilisés, et on va vous donner les meilleures conseils et astuces, les caractéristiques de chaque type.

Qu’est-ce qu’un microphone ?

Un microphone est un transducteur qui transforme l’énergie sonore en électricité. En bref, il traduit les variations de pression atmosphérique (ondes sonores) en variations de tension électrique. Plus simple, il fait le travail inverse d’un locuteur. La différence entre un type de microphone et un autre réside dans la manière dont cette opération se déroule. Dans cet article, nous parlerons des types les plus courants : les microphones dynamiques, Microphone USB et à ruban.

Microphones dynamiques

Le microphone dynamique est peut-être le plus utilisé, en particulier dans le live. Son fonctionnement est basé sur le principe de l’induction électromagnétique. Une membrane capte les ondes sonores et met en mouvement une bobine qui, se déplaçant dans un champ magnétique (généré par un aimant), génère une variation de courant.

Caractéristiques : les microphones dynamiques sont plutôt résistants à l’humidité et résistent facilement aussi aux fortes pressions sonores. Ils n’ont pas non plus besoin d’alimentation externe et sont pas chers. Cependant, leur réponse en fréquence est plutôt limitée.

 Modèles les plus connus : Shure sm-57, sm-58, SM-7B, Shure Beta; Sennheiser MD-421; AKG D-12, ElectroVoice RE-20.

Microphones à condensateur / USB

A l’intérieur de ce type de microphone, on trouve une membrane métallique dont les pales sont sollicitées par les vibrations transmises dans l’air. Pour son fonctionnement, le microphone nécessite une source d’électricité, qui est généralement fournie par le mélangeur ou le préamplificateur, ou dans certains cas par une batterie interne.

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin dans le sujet, il y a un comparatif intéressant sur le site Boutique AZ, l’un des principaux comparateurs high-techs. 

Caractéristiques :  Les microphones à condensateur sont les “microphones de studio”. Ils sont plus sensibles que les microphones dynamiques : cela signifie qu’ils pourront mieux “capter” aussi bien en termes de dynamique (ie variation d’intensité sonore, fort / piano en bref) qu’en termes de fréquence. Les microphones à condensateur ont une réponse en fréquence qui parvient souvent à couvrir toute la plage perçue par notre ouïe, allant même parfois plus loin. Cependant, il y a un inconvénient : leur sensibilité les rend également plus vulnérables aux coups d’air et au bruit. Les microphones à condensateur doivent toujours être placés sur des supports montés sur amortisseur et réparés par des filtres anti-pop pour l’enregistrement.

Modèles les plus populaires :  Neumann U87, Neumann TLM series, AKG C414, AKG C-1000, RODE NT2

Microphones à ruban

Les microphones à ruban sont des outils spéciaux : au début du siècle dernier, ils étaient largement utilisés pour la diffusion et les enregistrements. L’arrivée du microphone à condensateur les a relégués à un rôle secondaire, mais aujourd’hui ils trouvent encore beaucoup d’espace dans le studio d’enregistrement. 

La caractéristique du microphone à ruban est la réponse en fréquence assez limitée mais avec un courbe tres similaire à celle de notre système auditif. Sur les aigus, quand la fréquence augmente, la sensibilité du microphone diminue, ce qui nous donne un “roll-off” très naturel sur les aigus. 

Cette caractéristique les rend excellents par exemple avec les guitares électriques, pour adoucir les hautes fréquences, ou sur les cymbales des tambours, pour obtenir un son plus clair et moins aigu. Un autre point important des microphones à ruban est leur réponse sur les transitoires, c’est-à-dire sur les variations de pression acoustique. 

Modèles les plus connus :  Royer R121, Beyerdynamic M130 / M260, Coles 4038, RCA44.

Diagrammes polaires

Nous avons brièvement vu quels sont les types de microphones avec lesquels nous traiterons le plus souvent en live ou en studio. Abordons maintenant un autre aspect fondamental : les motifs polaires, c’est-à-dire le mode “écoute” du microphone. Voyons ce que c’est :

Cardioïde

Connu par sa la forme, qui ressemble à la forme d’un cœur. Un microphone de type cardioïde capte le son provenant de la zone avant, avec une sensibilité qui diminue lorsque nous nous déplaçons vers les côtés jusqu’à ce qu’il diminue considérablement dans la zone arrière. C’est une fonctionnalité très utile pour l’enregistrement vocal, à la fois en direct et en studio, car elle nous permet de concentrer l’enregistrement sur la source. Pour cette raison, et pour éviter l’effet larsen et d’autres effets, un microphone cardioïde ne doit jamais être dirigé vers des haut-parleurs ou des tables de mixage, et doit toujours être placé derrière eux.

ATTENTION LES CHANTEURS ! De nombreux microphones cardioïdes ont souvent des “ports” à l’arrière de la capsule, spécialement conçus pour optimiser la directionnalité du microphone. En tenant le microphone trop près de la capsule, nous risquons de le couvrir et de rendre notre microphone omnidirectionnel, risquant de déclencher l’effet Larsen. Sur ce site, vous trouverez un excellent article qui explore cet aspect.

Cardioïde / hypercardioïde

Nous regroupons ces deux modèles car ils sont le concept est presque similaire. Il s’agit d’une variation du type cardioïde, où la directivité frontale avec une plus grande sensibilité sur le dos. Un excellent exemple : le Shure Beta 58, qui est hyper cardioïde. Le Beta 58 fonctionne parfaitement s’il est positionné entre deux sources, formant un angle de 45 degrés. De cette façon, le son est dirigé dans les zones les moins sensible du microphone. 

Omnidirectionnel

Les microphones avec ce type ont une sensibilité qui s’étend sur 360 °. Ils sont principalement utilisés pour les prises de son stéréophoniques.

Il existe évidemment d’autres types de microphones (piézoélectriques, fibre optique, les microphones caméras, etc …) et des diagrammes polaires (par exemple le “shotgun”, encore plus directionnels et utilisés principalement pour les pistes audios de télévision ou de cinéma), mais nous avons décidé de nous concentrer sur ceux qui sont les plus utilisés.

Si vous avez des questions n’hésitez pas à nous contacter par mail.